Psychologie du Sport ?

Même si l’origine de la psychologie du sport date de la fin du XIXème siècle, ce n’est que depuis très récemment que les athlètes y font appel : il faut attendre 1988 pour que des psychologues accompagnent des sportifs aux Jeux Olympiques !

Depuis cette date, la préparation mentale et la psychologie du sport connaissent un essor fulgurant, grâce à leurs résultats démontrés, et à la place de plus en plus importante qu’elles occupent dans les médias, entraînant une augmentation du nombre de sportifs s’y intéressant.

Désormais, plus aucun sportif ne met en doute l’impact du mental dans la performance sportive, mais peu osent encore consulter un psychologue du sport / préparateur mental / coach. Pourtant, le mental est aussi important que le sont la technique, la tactique, et le physique, mais un sportif sera plus enclin à admettre une faiblesse dans un de ces trois domaines qu’une faiblesse « mentale ». L’entraîneur, même formé à la préparation mentale, n’est alors pas le meilleur interlocuteur pour évoquer certaines difficultés du joueur, qui préfèrera se confier librement à un professionnel extérieur, en étant assuré de la confidentialité des échanges.

Consulter un psychologue du sport ne signifie pas que « l’on a un problème », encore moins que « l’on est malade ». Il s’agit plutôt de se donner les moyens d’atteindre son meilleur niveau possible, et de travailler l’aspect mental comme on a pris l’habitude depuis les premières années de pratique sportive de travailler la technique, la tactique, et le physique… L'idée principale est d'optimiser les performances tout en garantissant le bien-être du sportif.

La consultation peut donc concerner tous les sportifs, peu importe l’âge, le sport (individuel ou collectif), et même le niveau de pratique. Il a longtemps été considéré que la psychologie du sport était réservée aux athlètes de haut niveau, mais ce n’est pas le cas, tout le monde peut y trouver un bénéfice ! Cette considération vient principalement du fait que pour consulter un psychologue du sport, il fallait appartenir à une grande structure s’occupant de joueurs de haut niveau (Fédérations nationales, INSEP…). Désormais, la psychologie du sport commence à s’ouvrir au plus grand nombre, notamment grâce à des interventions occasionnelles dans les clubs de sport et à l’ouverture de cabinets libéraux encore trop peu nombreux…

Vous avez des questions concernant la psychologie du sport ? N’hésitez pas à me contacter par téléphone ou par mail (cf. rubrique Contact).